Bienvenue sur le portail de Caroline Degrave

Projet

L’INTUITION

Durant tous ces moments où vous allez penser et réfléchir à votre projet ou aux différents postes/objectifs qui feraient du sens pour vous ensuite, il peut être intéressant de laisser (pour une fois) de la place à votre intuition. C’est-à -dire, de réfléchir en accordant aussi du poids à ce qui est intériorisé. 

 

    Voici un peu plus d’information sur le sujet de l’intuition :

 

« L’intuition est la capacité universelle à capter une information de manière non conventionnelle, c’est-à-dire en dehors d’un processus rationnel et raisonné ». Et en ce sens, elle est parfaitement complémentaire à notre travail jusque là.

 

Contrairement à ce que vous pouvez peut-être penser : s’ouvrir à ses ressources intérieures n’est pas la chasse gardée de quelques gourous, bien au contraire ! hommes ou femmes, enfants ou adultes, esprits rationnels ou créatifs, scientifiques, dirigeants… tous les êtres humains ont des intuitions. En revanche, les manifestations de cette intuition sont souvent mal connues et pas toujours écoutées. Si elles font appel aux mêmes 5 sens que nous sollicitons au quotidien, elles le font de façon intériorisée, donc au-delà d’un processus conscient. Il s’agit «d’une image, une pensée, une sensation corporelle qui surgit à l’intérieur de soi ».

 

L’intuition est un sujet qui a fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques. Certaines de ses facettes trouvent une explication rationnelle, d’autres restent encore mystérieuses pour les scientifiques.

 

Dans le premier cas et pour satisfaire les plus pragmatiques, les neurosciences offrent une explication : l’intuition serait un mélange d’expérience et d’expertise, une forme d’intelligence de l’inconscient. Herbert Simon, prix Nobel d’économie, parle “d’intuition de l’expert” pour expliquer ce phénomène par lequel l’humain élabore et évalue des hypothèses et prend des décisions rapides en s’appuyant sur ses connaissances et son expérience de situations antérieures. C’est une forme d’intuition raisonnée.

 

Mais il existe aussi une forme d’intuition qui ne trouve pas, aujourd’hui, d’explication scientifique. C’est le fameux pressentiment, ou “l’anticipation physiologique et prédictive”. À la fin des années 1990, deux neurologues – Antonio Damasio et Antoine Bechara – ont fait l’effet d’une bombe en partageant les résultats d’une expérience étonnante. Placés devant un jeu de cartes, les sujets de leur étude devaient les retourner une par une, certaines faisant gagner de l’argent et d’autres en perdre, sans qu’ils puissent le déterminer à l’avance les cartes gagnantes et les cartes perdantes. En mesurant les réactions de leur système nerveux, ils ont découvert que celui-ci s’affolait avant que le participant ne tire une carte perdante. Des résultats qui suggèrent que l’inconscient dirige le comportement avant même que la connaissance consciente ne le fasse. L’expérience, renouvelée dans d’autres conditions ces dernières années, produit les mêmes résultats. Oui, nous aurions donc une forme de sixième sens !

 

     On dit que l’intuition est le secret des bons managers

 

Bill Gates, Steve Jobs, Richard Branson… autant de grands leaders affichent ouvertement la place de l’intuition dans leurs prises de décision. « C’est leur façon de prendre plus rapidement les bonnes décisions, au bon moment, avec une prise de hauteur sur les enjeux importants de l’entreprise ».

 

Il est clair aussi qu’en dehors de ces exemples médiatiques, le sujet reste encore tabou. Une étude réalisée à la fin des années 90 montre l’ampleur du paradoxe. Jagdish Parikh de la Harvard Business School, dévoile que 80% des managers attribuent le succès de leurs affaires à l’intuition… mais 50% seulement seraient prêts à le reconnaître publiquement.

 

Du coup, dans les formations ou dans la presse managériale, vous verrez ce sujet plutôt traité à travers le prisme du “leadership intuitif” ou en faisant le pont avec “l’intelligence émotionnelle”, des approches qui incitent à se comprendre, à écouter ses ressentis et à faire preuve d’empathie.

 

Alors, comment développer cette capacité naturelle et universelle,    que nous avons trop souvent tendance à brider ? Et l’utiliser pleinement à cette étape de l’accompagnement ?

 

Quand vous allez commencer à réfléchir, brainstormer, vouloir compléter la fiche de vos objectifs ou d’aide à la réflexion :

 

1/ Prêtez attention à vos manifestations intérieures. « Ne balayez pas d’un revers de la main ces pensées, ces messages, ces impulsions qui vous traversent. Il faut s’autoriser à les écouter, puis à les exploiter.

 

Repérez les impressions (lorsque l’on rencontre quelqu’un pour la première fois, on a souvent un ressenti, une impression…quelque chose. C’est aussi le cas pour des lieux, …)

 

Les impulsions : par exemple, lorsque vous décidez de changer de rue, de rentrer dans tel magasin, d’ouvrir un livre, que votre regard se pose sur un mot, que telle musique passe, son titre, peu importe …faites-le / un lien avec votre sujet ? Et s’il fallait interpréter, faire un lien ? ce serait lequel ?

 

Les messages : ce que dit votre petite voix, les images qui traversent votre esprit. Notez-les.

 

Les insights : elles sont plus rares et concernent le plus souvent les scientifiques ou les artistes. Il s’agit d’une idée soudaine qui vient dans la tête, d’une certitude, d’une évidence, comme une lumière qui s’allume.

 

Et enfin les synchronicités : les hasards incroyables, les enchaînements, les rencontres piles au bon moment, …

 

2/ Rendez votre cerveau disponible. « L’intuition a besoin de calme et d’espace intérieur ». Déconnectez-vous de votre smartphone, isolez-vous, mettez de la musique, réfléchissez à l’extérieur, au plus près de la nature si cela vous est possible, en marchant…

 

 

> Retenez que dans tous les cas, l’intuition arrive d’un seul coup. Elle est obtenue de manière non conventionnelle. Elle est globale. Dénuée d’émotions parasites (colère, peur, doutes…). Elle est positive ; La suivre ne sera que ok car 100% alignée avec votre vous intérieur (votre conscience) et votre côté plus rationnel.

 

> Je vous laisse donc commencer à « pratiquer » si cela vous dit bien-sur ; tout en sachant que notre sujet du moment sur le projet/les objectifs/le poste cible est parfaitement adéquat.

 

De mon côté, je garderai toujours le cadre, le réalisme, la crédibilité en tête. Mais vous remarquerez qu’assez souvent, je vous dirai « OK clair. Et que dit votre intuition ? »

Bonjour
bienvenue dans votre espace Membre

Déconnexion Page de bienvenue Mon compte
Votre niveau de membre : Vous n'êtes pas connecté(e).
PLANIFIEZ VOS SESSIONS INDIVIDUELLES ICI
INSCRIPTION AUX SESSIONS COLLECTIVES BONUS

Module 1 : Bilan

Module 2 : Projet

Module 3: Communication

Module 4: CV

Module 5: LinkedIn

Module 6 : Réseau

Module 7 : Mobilité interne

Module 8 : Mobilité Externe

Module 9 : La Veille

Module 10 : Sécuriser sa candidature

Module 11 : Négocier son contrat et son salaire

Module 12 : Démissionner ou négocier son départ

Module 13 : Réussir sa prise de poste

MODULE 14- Réseau d’experts

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous