Que vous passiez un entretien exploratoire ou pour un poste précis, dans les deux cas, vous devez savoir vous présenter en quelques minutes. Cet exercice, appelé pitch, est loin d’être évident. Même si vous êtes à l’aise dans votre activité professionnelle, lorsqu’il s’agit de présenter ou de défendre un projet, il est beaucoup moins évident de savoir parler de soi. Pourtant, il s’agit d’un moment décisif dans une rencontre. En effet, un pitch professionnel bien mené peut convaincre d’emblée votre interlocuteur que vous êtes la personne qu’il recherche. Je partage avec vous dans cet article quelques clés pour réussir cet exercice.

 

Pourquoi réussir son pitch est-il si important ?

 

Dès le début de votre entretien, votre interlocuteur vous demandera de vous présenter ou de parler de vous. C’est à ce moment-là que le pitch intervient. Ce sont ces quelques minutes de présentation qui vont donner le ton de votre échange. En fonction de la manière de vous présenter, votre interlocuteur va déduire si : vous êtes clair, concis, précis ? Si vous savez prendre du recul sur votre parcours ? De la hauteur ? Si vous expliquez bien les choses ou si vous perdez dans des détails … ? Si vous êtes capable de respecter sa demande de vous présenter brièvement en quelques minutes…

Un pitch de plus en plus digitalisé et décisif

Du fait du contexte sanitaire, vous devrez certainement mener cet exercice en visio-conférence. Vous devrez donc prendre cet élément en compte dans votre préparation. Par ailleurs, je constate une tendance chez les recruteurs à présélectionner les candidats avec des pitchs qu’ils doivent enregistrés sur une plateforme avant de les recevoir en entretien. Le pitch « digitalisé » est donc plus que jamais d’actualité et décisif dans les nouveaux processus de recrutement !

 

Quels sont les caractéristiques d’un bon pitch ? 

Un discours concis, structuré et clair

En général, un bon pitch se situe autour de 3 minutes et ne doit pas excéder 5 minutes de prise de parole. Il est synthétique, structuré et met votre parcours en perspective. Il vous permet de retenir l’attention de votre auditoire en transformant votre parcours en une histoire captivante. Un pitch est réussi lorsque vos interlocuteurs se souviennent des messages que vous voulez leur faire passer tout en leur faisant bonne impression.

 

Comment bien se préparer à cet exercice ?

 

Votre préparation doit vous permettre d’atteindre l’objectif suivant : raconter une histoire qui marquera les esprits.

Comment devez-vous vous y prendre ? 

Pour cela, vous devez bien vous connaître et prendre de la distance vis-à-vis de votre parcours. Si vous avez déjà fait un coaching, cette démarche sera plus facile. Ensuite, vous avez plusieurs façons de présenter votre parcours. Vous pouvez l’aborder de manière chronologique ou faire des regroupements en fonction de vos expériences, ou bien suivre un fil conducteur propre à votre parcours. Si vous travaillez pour une petite entreprise, insistez sur son secteur, son contexte marché. Ne partez pas du principe que votre interlocuteur connaît votre entreprise.

Enfin, ajustez votre pitch et vos arguments en fonction de l’objectif exact de la rencontre : entretien pour un poste ou exploratoire. Dans le dernier cas, élaborez un pitch plus ouvert.

Pour travailler le fond  

// Écrivez d’abord tout ce que vous avez envie de dire ;
// Faites ensuite l’exercice du Post it : intégrez les 5/6 idées indispensables à partager
// Assurez-vous de valoriser correctement les messages clés et de bien les introduire ;
// Faites des liens entre chaque expérience pour que les choses soient parfaitement comprises ;
// Si vous avez des connaissances en commun avec votre interlocuteur, n’oubliez pas de les mentionner en choisissant bien sûr le bon moment dans votre pitch.
// Prenez ensuite du recul sur cet écrit, enlevez les détails ou tout ce qui vous semble superflu ; votre écrit doit être concis. Comptez 500 mots maximum.

Entraînez-vous  

// Lisez ensuite votre texte plusieurs fois à voix haute, il est important de vous habituer à vous entendre le dire ;
// Si vous constatez que vous avez une manière différente de raconter vos expériences à l’oral, ajustez votre préparation écrite en fonction ;
// Écrivez ensuite uniquement le début de vos phrases, et appuyez-vous sur cette base moins complète pour poursuivre votre entraînement ;
// Enfin, notez simplement les quelques mots clés dont vous avez besoin pour mémoriser votre discours, mettez-les dans le bon ordre, et entraînez-vous à nouveau sur cette base ;
// Rappelez-vous que vous ne devez pas apprendre votre texte par cœur ;
// Pour finir, oubliez votre support écrit, faites-vous confiance et répétez votre pitch sans notes à voix haute. Si votre discours sort dans le désordre, ce n’est pas grave. Au contraire, ce sera plus naturel. Le principal est que vous sachiez retomber sur vos pas.

Enregistrez-vous 

Si possible, enregistrez-vous plusieurs fois sur zoom pour être parfaitement à l’aise à travers l’écran et faire un dernier tri : éléments expliqués trop longuement, détails qui n’apportent rien de plus, tic de langage…

Profitez-en pour avoir une vue d’ensemble de l’image que vous allez renvoyer à distance. Est-ce que le décor derrière convient à un entretien professionnel ? Quid de votre assise ? (votre posture et prestance en dépendent). Faites aussi des tests de distance avec l’écran. Essayez de regarder l’œil de la caméra plutôt que l’écran. Choisissez correctement votre tenue. Vous devez incarner le poste convoité. Pour les femmes, on recommande souvent de se maquiller davantage car l’écran efface un peu les couleurs. Et si possible, essayez de regarder l’œil de la caméra plutôt que l’écran.

Enfin, n’oubliez pas que le pitch n’est pas un monologue. Il s’agit d’un moment d’échange qui doit installer une relation avec votre interlocuteur. Souriez, regardez bien la personne et particulièrement si vous êtes en visioconférence, utilisez vos mains. Votre but est de créer la confiance avec votre interlocuteur.

 

Le jour J 

 

Gardez juste quelques notes sur vous avec les mots clés et les transitions. C’est la colonne vertébrale de votre discours. Soyez serein ; à partir du moment où vous vous êtes préparé, vous saurez vous en sortir. 

Alors bien sûr, ce n’est pas l’exercice le plus facile à préparer seul. Il est compliqué de prendre de la hauteur sur ses 15 / 20 années d’expérience, de trouver les mots justes, d’aller à l’essentiel ou d’expliquer précisément des choses sans s’éparpiller. Il est difficile aussi d’avoir un avis objectif sur nous-même lorsque nous nous écoutons parler car nous avons tendance à nous focaliser sur les défauts : le débit rapide, la voix qui tremble, les hésitations marquées… C’est complètement humain et arrive à tout le monde. Tout est une question d’entraînement.

Aussi, si vous souhaitez bénéficier d’un regard extérieur, d’une aide pour construire votre pitch et vous entraîner, je peux vous accompagner avec grand plaisir. J’aide beaucoup de personnes sur ce sujet et les résultats sont plus que probants. Il suffit par ailleurs de peu de sessions.

Vous pouvez planifier un RDV VISIO  ici, nous en parlerons plus en détails. 

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous