Dans le contexte actuel, les prises de postes sont compliquées. Avec le port du masque obligatoire, la mise en place du télétravail, trouver sa place dans un nouvel environnement et manager des nouvelles équipes est difficile. Cela l’est encore plus pour les expatriés pour lesquels s’ajoutent parfois l’éloignement familial et la barrière interculturelle à surmonter. J’ai souhaité laisser la parole aux personnes qui vivent aujourd’hui cette situation, en France et à l’international, pour qu’elles nous parlent des obstacles rencontrés et des solutions mises en place pour surmonter cette épreuve.

 

Prise de poste : voici les principales difficultés rencontrées par mes clients aujourd’hui

 

Créer du lien et une cohésion avec les équipes

 

Réussir à créer du lien est la première difficulté rencontrée lors de votre prise de poste comme en témoigne David qui vient tout juste de prendre la direction d’une filiale en Europe pour le compte d’un grand groupe français :

« Le port du masque est une nécessité absolue mais le fait de ne pas voir les visages est un véritable handicap. Cela m’empêche de rencontrer véritablement les collaborateurs et de connecter avec eux. Les visages reflètent la personnalité, les émotions… C’est assez perturbant de ne pas pouvoir les décrypter. Pour eux, c’est la même chose, ils ont un nouveau chef qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ont du mal à appréhender. »

 

La cohésion d’équipe est également plus difficile à mettre en place, comme en témoigne Pierre qui vient de prendre la direction d’une Business Unit dans un groupe industriel en France :

« Lors du confinement, j’étais sur mon ancien poste. Le management à distance ne m’avait pas posé de problèmes car nous nous connaissions tous très bien. Depuis que je suis arrivé sur mon nouveau poste, je vis tout autre chose. En raison de la rotation des équipes entre le télétravail et le travail sur site, je ne vois jamais l’ensemble des collaborateurs en même temps. J’ai besoin que le ciment prenne et l’éparpillement des collaborateurs ne facilite pas la tâche pour mettre en place la dynamique d’équipe dont nous avons besoin pour atteindre nos objectifs. »

 

Incarner votre mission et faire passer les bons messages

 

Prendre sa place de leader est également une difficulté que vous rencontrez actuellement. En effet, la gestion du COVID prend une grande place dans la vie de l’entreprise comme en témoigne Mathieu qui a pris un poste de direction en France dans le secteur de l’agro-alimentaire :

« Une des missions en tant que nouveau manager est de faire passer des messages, attirer l’attention sur des sujets importants pour la filiale et les objectifs à atteindre dans le cadre du changement de management. Le COVID parasite l’ensemble de cette communication car il prend toute la place. Ma grande difficulté est d’incarner autre chose que la gestion de crise. C’est fondamental lors d’une prise de poste de marquer le territoire et d’incarner. La parole d’un nouveau dirigeant est importante mais aujourd’hui, elle est peu audible. Sans compter que je suis d’un naturel introverti. Je n’aime pas multiplier les prises de parole. Le contexte actuel me pénalise, je dois davantage sortir de ma zone de confort.»

 

Surmonter la barrière culturelle

 

Pour les expatriés, les difficultés s’accumulent. En plus de l’ensemble des obstacles énoncés plus haut, ils doivent surmonter les barrières interculturelles mais aussi l’éloignement avec les familles restées en France. Claire se trouve dans cette situation. Elle vient d’accepter un poste en Asie qui représente une belle promotion interne mais qui n’est pas sans sacrifice :

« J’ai accepté ce poste immédiatement lorsqu’on me l’a proposé. C’est une très belle opportunité de carrière. Je savais que le démarrage serait difficile et je le vis concrètement aujourd’hui. Je suis arrivée dans un pays que je ne connais pas où j’ai dû rester 14 jours en quarantaine avant de pouvoir rejoindre les bureaux de la filiale. Ce n’est pas simple de comprendre les codes culturels dans un contexte si particulier et d’avoir du leadership. C’est une situation inédite. Enfin, ma famille ne peut pas me rejoindre pour l’instant car la délivrance des visas est perturbée du fait de la crise sanitaire. Mon challenge est de pourvoir prendre les rênes de la filiale et tenir psychologiquement dans la durée sans ma famille à mes côtés.»

 

Prise de poste : quelles solutions pouvez-vous mettre en place ?

 

Marquer la passation de pouvoir

 

C’est idéal pour endosser votre nouveau rôle. Si aujourd’hui vous ne pouvez pas créer d’événements pour entériner le changement, je vous recommande de trouver un autre moyen de le faire. A titre d’exemple, un de mes client a choisi de réaliser une vidéo avec son prédécesseur afin d’entériner sa prise de fonction. Diffusée à toute l’entreprise sur l’ensemble des sites, cette vidéo lui a permis de se présenter à visage découvert, de faire passer des messages et d’insuffler son style..

 

S’appuyer sur la culture d’entreprise

 

En ce qui concerne les expatriés, une des solutions pour franchir le fossé culturel dans le contexte actuel est de s’appuyer sur la culture de l’entreprise. En effet, une culture d’entreprise forte est un véritable atout pour vous aider à trouver des repères et des codes communs avec les équipes afin de mieux communiquer avec elles. Vous pourrez également utiliser cette culture commune pour asseoir votre nouvelle fonction et développer votre leadership.

 

Ne pas rester pas seul – trouver un sparing partner

 

L’idéal est de trouver un coach/un sparing partner pour pouvoir échanger librement sur ce que vous vivez, ressentez et prendre de la distance. Vous pourrez ainsi mieux agir ou réagir. Le conjoint n’est pas la bonne solution car lui-même peut être impacté par votre nouvelle fonction comme c’est souvent le cas dans les familles d’expatriés du fait de l’éloignement subi.

Dans les périodes compliquées, les moments de tensions ou d’incertitudes, il est clé de s’extraire des représentations « classiques » ou « idéales » sur ce que devrait faire un vrai « patron » et de ne pas s’auto-blâmer. Au contraire, vous devez vous accrocher à votre manière de faire, garder confiance dans votre style et vos capacités.

Il faut aussi savoir alerter l’entreprise quand il le faut. Ce que je perçois souvent c’est que vous avez tendance à dépasser votre « limite rouge personnelle ». Soyez vigilant, vous pourriez y laisser quelques plumes personnelles voire professionnelles. Il est si facile de laisser des perceptions dans l’entreprise. Etre accompagné vous évitera des maladresses.

Vous pouvez « embaucher » un coach à titre personnel et en toute confidentialité. Ou demander à votre entreprise de travailler avec un coach de votre choix pour vous aider à sécuriser cette période. Il est fort à parier que vous obtiendrez son accord. Rappelez-vous que se faire aider est une preuve de lucidité et d’intelligence !

 

Pour en savoir plus sur mon activité de coaching, je vous invite à consulter cette page.

Pour discuter ensemble de votre prise de poste, cliquez ici.

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous